Ce que nous avons appris

Par l’entremise de nos recherches, nous avons identifié trois thèmes qui soulignent les besoins des jeunes sans abri :

  • Stabilité : les jeunes nous disent qu’il est presque impossible de se concentrer sur d’autres défis lorsqu’ils n’ont pas de foyer et pas d’argent. Ils ont besoin d’un logement abordable et d’un emploi avant de pouvoir faire face à d’autres enjeux.
  • Possibilités : les jeunes sans abri et ceux qui risquent de le devenir ont un potentiel énorme. Ils ont simplement besoin d’avoir accès aux possibilités et aux soutiens, par exemple, un emploi et une formation professionnelle, et de l’aide en matière de possibilités éducatives.
  • Soutien : comme tous les jeunes, les jeunes sans abri et à risque ont besoin de conseils lorsqu’ils font face à des défis. Le soutien est un des facteurs les plus importants lorsqu’il s’agit de leur survie et de leur réussite.

Haut de la page  

Recommandations

Le rapport L’itinérance ches les jeunes au Canada : en route vers des solutions comprend les recommandations suivantes concernant ce qui doit être effectué pour aider les jeunes sans abri à quitter la rue :

  1. Financement existant : financement adéquat, à long terme et flexible permettant aux programmes réussis pour les jeunes de la rue de continuer à se développer et à croître;
  2. Accès aux services : accès unique sans obstacles aux services pour jeunes de la rue qui sont disponibles dans leur communauté;
  3. Éducation : davantage de possibilités éducatives/de programmes de bourses d’étude pour jeunes de la rue et davantage de programmes qui ciblent les jeunes qui abandonnent l’école tôt;
  4. Emploi : plus de programmes de formation professionnelle et de possibilités d’emploi pour les jeunes de la rue, en particulier pour ceux qui terminent les programmes des agences;
  5. Logement : une stratégie de logement nationale qui comprend une disponibilité continue de logements spécifiquement destinés aux jeunes de la rue (foyers pour jeunes, logements transitoires, coopératives d’habitation, logements sécuritaires et abordables, ainsi que des logements de soutien pour les jeunes qui quittent les services de protection de l’enfance, les placements en famille d’accueil et les foyers de groupe;
  6. Mentorat : davantage de mentorat visant les jeunes de la rue afin d’augmenter l’estime de soi et de développer des aptitudes à la vie quotidienne;
  7. Leadership gouvernemental : leadership et collaboration entre les gouvernements fédéral, provinciaux, territoriaux et municipaux afin de développer un plan pancanadien abordant le problème de l’itinérance chez les jeunes;
  8. Engagement du secteur privé : développement d’un cadre de soutien incitant le secteur privé à participer à l’élaboration de solutions créatives contre l’itinérance chez les jeunes (formation professionnelle, possibilités d’emploi, développement d’un milieu de travail encourageant);
  9. Politique gouvernementale : élaboration de politiques distinctes ciblant l’itinérance chez les jeunes afin d’aborder les problèmes uniques de cette population.

Voyez également la liste de vérification communautaire proposée par le rapport (p. 30), un outil aidant les communautés à évaluer les besoins locaux et les priorités.

Faits

Près de 700 jeunes ont été interrogés par Youthworks :

  • La majorité n’avaient pas fini l’école secondaire. Leur manque d’éducation était un obstacle pour trouver un emploi.
  • Environ un tiers vivaient dans des refuges.
  • Plus de deux tiers ont avoué avoir grandi dans une famille qui avait de la peine à garder un logement.
  • Plus de 70 % ont affirmé qu’ils n’avaient pas eu de modèle de rôle positif dans leur vie.

Autres faits

  • On estime qu’un tiers de la population des sans-abri au Canada sont des jeunes. Cela signifie que 65 000 jeunes n’ont pas d’endroit qu’ils peuvent appeler un chez-soi à tout moment donné durant l’année.
  • Le maltraitement et la négligence étaient les deux raisons les plus importantes pour lesquelles les jeunes quittaient la maison. Plusieurs études ont montré que près de 70 % des jeunes sans abri ont vécu une forme d’abus sexuel, physique ou émotionnel.
  • Les jeunes de la rue sont exposés à bien plus de maltraitement, de maladies, de blessures et de problèmes de santé mentale que leurs semblables avec domicile. Une étude menée au Québec a montré que le taux de mortalité parmi les jeunes sans abri était 11 fois plus élevé que dans la population générale.
  • Pour en savoir davantage, lire le rapport L’itinérance chez les jeunes au Canada : en route vers des solutions..

Observations

  • Les besoins de base avant tout. Beaucoup des jeunes qui font surface par le biais des programmes d’approche sont en état de crise. Ils n’identifieront pas tout de suite le problème du manque d’éducation, par exemple, car ils se concentrent sur les besoins urgents et pratiques.
  • Dès qu’on a pris soin de leurs problèmes de survie, ils sont plus enclins à aborder les autres questions.
  • Bon nombre des jeunes ne peuvent se permettre qu’un hébergement au-dessous de la norme qui ne se prête pas à des choix de style de vie sains.
  • Il faut bien plus qu’un endroit où dormir pour quitter la rue. Beaucoup de jeunes se sont adaptés au style de vie de la rue et trouvent difficile de se réintégrer dans la société.
  • Ces jeunes ont des espoirs et des rêves pour le futur qui ne sont pas différents de ceux des autres jeunes de leur âge.

Ce que cela coûte à la société

  • Il n’est pas facile de définir ce que cela coûte de garder un jeune dans le système des refuges, mais on estime que cela se chiffre entre 30 000 et 40 000 $ par an.
  • Le coût de garder un jeune en détention ajoute plus de 250 $ par jour, soit un total de 100 000 $ par an.

(Réf. : Gordon Laird, refuge, Homelessness in a Growth Economy, Canada’s 21st Century Paradox, un rapport pour la Sheldon Chumir Foundation for Ethics in Leadership, 2007.)

C’est aussi dans l’intérêt social et économique que nous devons aider les jeunes sans abri du Canada. Lorsqu’on arme les jeunes des aptitudes et des soutiens dont ils ont besoin pour devenir autonomes, nous les aidons à devenir des membres participants de la société.

Nos partenaires financiers

Nous ne serions pas en mesure d’effectuer ce travail important sans l’engagement de nos partenaires très généreux (voir ci-dessous). Nous remercions tous nos fantastiques supporters de Youthworks!

Mais nous avons besoin d’encore plus de soutien pour réussir.

Si vous êtes une entreprise, une fondation, ou un individu qui désire faire une contribution considérable envers notre société, pensez à investir dans notre ressource la plus précieuse : les jeunes du Canada.

Si vous désirez en savoir plus sur la façon de devenir un partenaire financier, veuillez communiquer avec Maureen Gallagher par courriel or ou par téléphone au (416) 489-6105.

 

Partenaire Principal

Global        

Partenaires Majeurs

Global     

Commanditaires

Global straight Metro Vancouver CKNW AM 980 Classic ROCK 101                

 

Partenaire en Éducation Publique

Global

 

Nous aimerions également remercier :

  • Borden Ladner Gervais LLP
  • John et Heather Hall